Pourquoi notre action :

Un article intéressant et qui justifie encore plus notre action auprès des enfants au Sénégal : En 2013, le nombre d’élèves de grande section de maternelle portant des lunettes atteint […]

Un article intéressant et qui justifie encore plus notre action auprès des enfants au Sénégal :

En 2013, le nombre d’élèves de grande section de maternelle portant des lunettes atteint 18%. Ce pourcentage a augmenté progressivement ces dernières années (12% en 2000, 14% en 2006), selon un rapport de la Drees publié le 16 juin dernier. Et alors qu’il y a 9 ans, les enfants scolarisés dans une école relevant de l’éducation prioritaire portaient moins souvent des lunettes que les autres, cette différence n’apparaît plus aujourd’hui. « Toutefois, la part des enfants non équipés de lunettes et présentant une anomalie de la vision de loin (myopie) s’élève à 10,5% en moyenne », alerte la Drees. Cette proportion atteint 14% dans les écoles relevant de l’éducation prioritaire.

Rappelons que lors de l’examen, le dépistage des troubles de la vision et de l’audition est réalisé par les médecins et les infirmières de l’Éducation nationale à partir de tests standardisés. Une tâche qui pourrait être facilement confiée aux opticiens, comme le suggérait dernièrement le député député UDI Laurent Degallaix à la ministre de l’éducation nationale ou encore la Fédération nationale des opticiens de France (Fnof) dans sa proposition de référentiel métier à l’Inspection générale des Affaires sociales (Igas).

A Niangal en Mars 2015

A Niangal en Mars 2015